FOCUS ASCO 2015 CHICAGO

Actualités en Oncologie au
51ème congrès annuel de la Société Américaine d’Oncologie Clinique
29 mai au 2 juin 2015 – Chicago

Cette édition vous propose de découvrir sous la forme de courts reportages vidéo quelques-unes des actualités en oncologie de l’édition 2015 du congrès annuel de l’American Society of Clinical Oncology qui s’est tenu début juin à Chicago.

Les envoyés spéciaux pour Tribune’K à Chicago :
Dr Pierre Delahousse, médecin-journaliste, et Pascal Aubert, cadreur.

Chimiothérapie et cancer de la prostate hormono-sensible à l’ASCO 2015

Edition importante en ce qui concerne le traitement adjuvant du cancer de la prostate avec les résultats de 2 études ayant évalué une chimiothérapie par docétaxel dans le contexte de cancer hormono-sensible métastatique ou localement avancé. Nicholas James rapportait à l’ASCO les résultats de l’étude CHAARTED et Howard Sandler ceux de l’étude RTOG 0521. Dans ce contexte, Laurence Albiges a évalué l’impact de l’évaluation du volume tumoral sur le pronostic des cancers prostatiques métastatiques hormono-sensibles.

Cancers de prostate et rising PSA

Christian CARRIE présentait à Chicago les résultats de l’étude de phase III GETUG-AFU 16 ayant évalué de façon randomisée l’impact d’une hormonothérapie courte associée à une radiothérapie dans le traitement de la rechute biologique après prostatectomie radicale. L’étude TOAD rapportée par Gillian DUCHESNE c’est quant à elle intéressée à des malades en phase de réaugmentation de leur PSA après prostatectomie radicale ou ayant une maladie plus avancée mais asymptomatique qui ont été randomisés pour recevoir un traitement antiandrogénique immédiat versus retardé.

Actualités des cancers du rein

Pour tenter d’identifier les facteurs prédictifs de réponse à un traitement par inhibiteur de PD-1, Toni Choueiri a analysé des biopsies tumorales comparatives avant traitement et au 8ème jour du 2ème cycle de traitement par nivolumab chez 90 patients dont 24 non traités préalablement. Robert Motzer quant à lui rapportait à Chicago les résultats d’une étude de phase III ayant comparé chez 153 malades la combinaison lenvatinib, un lenvatinib est un inhibiteur de tyrosine kinase multi-cibles, et évérolimus versus lenvatinib seul versus évérolimus seul. Enfin Andrew Armstrong présentait les résultats de l’étude ASPEN, une étude internationale de phase II ayant comparé de façon randomisé évérolimus et sunitinib en 1ère ligne de traitement de cancers du rein non à cellules claires.

Actualités du mélanome

1er abstract de cette édition 2015 de l’ASCO pour l’étude CheckMate 067 rapportée par Jedd Wolchok, une étude de phase III ayant comparé un antiPD 1, le nivolumab, seul ou en association à un antiCTLA 4, l’ipilimumab, versus l’ipilimumab en 1ère ligne de traitement de 945 patients présentant un mélanome non résecable ou métastatique. Autre étude importante, celle rapportée par Claus Garbe, une étude multicentrique allemande DeCOG ayant comparé de façon prospective curage ganglionnaire complet versus observation chez 473 patients présentant un mélanome de plus d’un millimètre d’épaisseur avec un ganglion sentinelle positif.

Actualités des cancers du sein

L’étude PALOMA3 est une étude de phase III, présentée durant l’ASCO 2015 par Nicholas Turner, dans laquelle un inhibiteur oral des CDK 4 et 6, le palbociclib a été évalué chez des femmes présentant un cancer du sein avancé avec récepteurs hormonaux positifs et récepteurs Her2 négatifs. 521 femmes ayant progressé après traitement hormonal ont été randomisées pour recevoir du fulvestrant avec ou sans palbociclib. Arlenne Chan quant à elle présentait les résultats de l’étude ExteNET ayant évalué le nératinib, un inhibiteur oral de tyrosine kinase inhibant HER1, 2 et 4 chez 2 840 femmes présentant un cancer du sein localisé Her2 positif ayant préalablement reçu une chimiothérapie adjuvante et du trastuzumab. Dans le domaine des cancers du sein triple négatif, Tifany Traina rapportait à Chicago les résultats concernant l’impact d’un traitement par enzalutamide, un agoniste des récepteurs aux androgènes, évalué chez 108 patientes présentant un cancer du sein triple négatif avec récepteurs aux androgènes positifs.